Littérature

Ode à David

Je crois que ça fait des jours que je me demande comment écrire mon premier article. Par contre, s’il y a bien une chose dont j’étais sûre, c’est de quoi j’allais parler. Ou plutôt, de qui.

Si je reprenais la biographie que vous pouvez retrouver sur le site des éditions Gallmeister (dont la quasi-totalité des ouvrages sont, à mon avis, des petites pépites), je vous dirais que David Vann est né en 1966 sur l’île Adak, en Alaska ; qu’il y a passé une partie de son enfance avant de s’installer en Californie. Qu’il a travaillé à l’écriture d’un premier roman pendant dix ans avant de rédiger en dix-sept jours, lors d’un voyage en mer, le livre qui deviendraSukwann Island.

En gros, je pourrais me contenter de faire un copier-coller de ce petit résumé de la vie et de l’oeuvre de ce monsieur. Mais ça ne suffirait vraiment pas à retranscrire tout ce que j’ai ressenti à travers la lecture de la quasi-totalité de ses romans (plus que deux à lire ahah !).

J’ai pour habitude de ne pas me fier à l’ordre de parution pour lire les ouvrages d’un auteur. Si j’accroche sur le premier que je pioche, alors je continue, au gré de mes envies.

Avec David Vann, l’accroche a été immédiate. Je me suis sentie happée par son univers. J’ai été fascinée par sa manière de décrire si brillamment, si finement et surtout si violemment les relations que peuvent entretenir les membres d’une même famille.

Avant d’aller plus loin (sur cet article, et sur le blog), il faut savoir que la plupart de mes coups de coeur littéraires vont vers des auteurs à l’univers plutôt sombre. De nature plutôt très positive dans la vie, à voir toujours le bon côté des choses, j’ai besoin de lire des ouvrages qui m’interpellent, me choquent. J’ai besoin d’être révoltée voire dégoûtée par les personnages. J’ai besoin que ma foi en l’humain soit mise à l’épreuve à travers mes lectures. J’ai besoin d’ouvrir les yeux sur la saleté du monde par l’écrit plutôt que par l’image.

Tout ça, David Vann le fait à la perfection. Dans ses livres, personne n’est beau. Le bonheur est friable, la lumière est rarement gagnante face à la noirceur. À travers ses personnages, il nous fait nous questionner sur notre rapport aux autres. On s’effraie à se demander si la mocheté, la folie, la tristesse de chacun d’entre eux n’est finalement pas un peu en chacun de nous.

Bon du coup, après ça, je vous ai peut-être perdu-e-s ! Mais bon, si vous êtes encore là, voici, dans l’ordre de mes lectures (et pas de mes préférences, comme ça, je n’influence personne héhé !), les ouvrages de David Vann à ce jour :

– Aquarium – Éditions Gallmeister – Octobre 2016
Une famille qui n’en est plus une depuis longtemps. Deux relations mères-filles, sur deux générations. Une relation père-fille qui n’existe plus. Des souvenirs qui refont surface. La violence de l’amour/haine filial-e.

– Sukwann Island – Édtions Gallmeister – Janvier 2010
L’oeuvre de David Vann dont on m’a le plus parlé, LA référence. Une île. Le froid. L’isolement. Un père. Son fils. À partir de là, il faut lire la suite pour savoir ce que va donner ce cocktail…

– Désolations – Éditions Gallmeister – Août 2011
Un couple qui a construit sa vie de manière totalement classique. 30 ans et deux enfants plus tard, que reste-t-il ?

– Impurs – Éditions Gallmeister – Mars 2013
Toujours le thème de la famille. Et quand on se dit que jusque-là, le mec avait déjà poussé le truc assez loin, on se rend compte que finalement, c’était encore rien. Le titre du livre prend très rapidement tout son sens.

– Dernier jour sur terre – Éditions Gallmeister – Septembre 2014
À travers l’écriture de cet ouvrage, David Vann voulait d’abord comprendre la mécanique du suicide, pour essayer de comprendre la mort de son père. Il a étudié la vie de Steve Kazmierczak, qui, le 14 février 2008, s’est rendu armé à son université. Entre 15 h 04 et 15 h 07, il tua cinq personnes et en blessa dix-huit avant de se donner la mort. Ouvrage fascinant, souvent dérangeant, on suit l’auteur dans son cheminement. On l’accompagne dans le parallèle qu’il fait de sa vie et de celle de cet homme. Jusqu’au moment où l’un s’envole, et l’un bascule.

Les prochains sur ma liste : Goat Mountain, et L’obscure clarté de l’air.

Bonne lecture 🙂

Le Joli

Publicités

15 réflexions au sujet de “Ode à David”

    1. Pour moi ce sont les deux meilleurs. J’ai beaucoup aimé « Aquarium » aussi. Pour « Impurs » la lecture a vraiment été laborieuse, pas parce que la langue est difficile, mais parce que l’histoire en elle-même est éprouvante du début à la fin. L’atmosphère est glauque et étouffante. Il me reste encore « Goat Mountain » et « L’obscure clarté de l’air » à lire, et je crois qu’il écrit déjà le prochain ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. Sukwann Island a été une telle baffe, un tel coup de coeur, qu’il éclipse tous les autres. J’ai lu Désolations et Impurs, mais je n’en ai pas vraiment gardé de souvenirs à mon grand regret. Ils font partie des livres que j’aimerais relire et tous ses autres romans des livres que je veux lire un jour.

    Aimé par 1 personne

    1. Dans la lignée des baffes chez David Vann, je te conseille fortement « Aquarium » et « Dernier jour sur terre » aussi ! « Désolations » est celui que j’ai le moins aimé, et pour « Impurs », j’ai trouvé qu’il était vraiment allé loin dans le glauque, et du coup j’ai surtout été très mal à l’aise pendant ma lecture.

      Aimé par 1 personne

  2. Je suis comme toi, mes lectures sont souvent sombres, dures avec des sujets un peu glauques. J’aime quand ça me chamboule et me révolte.
    Du coup j’ai très envie de découvrir cet auteur ! Tu me conseillerais lequel en premier ?

    Aimé par 1 personne

    1. Alors pour ma part, j’ai commencé par « Aquarium » (totalement par hasard), et je pense que j’ai bien fait parce que c’est justement le moins sombre de ses ouvrages (mais y’a de quoi faire quand même je te rassure !). Je pense que ça te permettras d’avoir déjà une idée de l’univers de l’auteur et de te plonger dans le reste de son oeuvre par la suite (et en plus, il vient de sortir en poche !)

      Aimé par 1 personne

  3. Ahh.. David Vann.. ✨ comment dire.. J’ai quasi tous ces romans je crois, mais je n’en n’ai lu aucun 🙄 pourquoi ? Un univers qui me titille, qui me donne sérieusement envie de m’y plonger. Je crois que j’attends le bon endroit et le bon moment ! Il va sérieusement falloir que je m’y mette, ton avis me conforte tellement 😍 au plaisir !

    Aimé par 1 personne

  4. Très bel article ! Je suis comme toi : plutôt positive dans la vie mais attirée par des univers sombres en littérature. J’ai lu que trois livres de cet auteur mais les trois m’ont fait l’effet d’un coup de poing ! Et j’ai hâte de découvrir ses autres titres même si je sais que ça va me faire cogiter pendant quelques temps après la lecture.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s