Littérature

Un petit détour par le joli mystère Henri Pick

Pour une fois que je termine une lecture plus légère que d’habitude, je me devais d’en parler ! 🙂

Je me suis plongée dans mon tout premier David Foenkinos, et je n’ai pas du tout été unnamed (1).jpgdéçue du voyage ! En se lançant dans Le mystère Henri Pick, on ouvre bien les poumons pour accueillir l’air frais et salé de la Bretagne, et on ouvre encore plus le cœur pour chacun des protagonistes de ce livre petit par sa taille mais grand par le plaisir de lecture qu’il nous procure.

Des chapitres courts mais efficaces pour se sentir tout de suite à l’aise. Une histoire toute simple, l’ouverture il y a une vingtaine d’années d’une section « livres refusés » dans une petite ville de Bretagne, par un bibliothécaire passionné des livres, des mots, et des histoires dont ils sont chargés, de tout ce qu’ont voulu y déverser leurs auteurs, que leurs ouvrages aient trouvé leur public ou non. Un petit, puis un grand succès, et la section se rempli… et finalement, les années passant, on l’oublie.

Evidemment, ça aurait pu s’arrêter là, mais vous comme moi savons très bien que sans une suite pleine de rebondissements, on n’aurait pas un bon livre, ni même un livre tout court !

Alors pour vous donner une idée, voici un petit aperçu de ce qui va se passer…

Les livres refusés ont fini par devenir aussi des livres oubliés de tous, même par son créateur, puisque celui-ci est décédé il y a quelques années. Heureusement, son employée, Magali, qui a repris la gestion des lieux, a conservé la section et continue, à l’occasion, de la faire vivre en l’ouvrant aux auteurs en mal de succès ou visiteurs aux plus curieux.
Bref, la vie suit son cours jusqu’à ce que, Delphine, une enfant du village devenue adulte, et surtout, éditrice, passe la porte de la petite bibliothèque, flanquée de son compagnon, Frédéric, auteur publié, mais malheureux suite à un échec commercial cuisant. S’ils sont venus, c’est parce que le père de Delphine leur a parlé de la fameuse section des livres refusés. Il n’en fallait pas plus pour intriguer ces deux amoureux des mots, et ils passeront leur après-midi au beau milieu des manuscrits déposés là au fil des années. Et oui, je vous le donne en mille : ils vont trouver la perle rare (forcément !).
Le plus surprenant dans tout cela cependant, c’est que le manuscrit qu’il ont trouvé, intitulé Les dernières heures d’une histoire d’amour, a apparemment été écrit par Henri Pick, qui n’était autre que… le pizzaïolo du village, et décédé deux ans plus tôt. Selon Madaleine, sa veuve, ce dernier lisait pourtant très peu, et ne lui a jamais même écrit une seule lettre.

Vous l’aurez compris, tout le roman tourne autour des origines de cet étonnant ouvrage, et chacun des protagonistes, qu’ils croient ou non qu’il ait été écrit par le vieil homme, verra sa vie bouleversée.

Le mystère Henri Pick est un joli livre, sans prétention si ce n’est celle de faire passer un bon moment et donner le sourire et du baume au cœur.
Bref, une chouette lecture et une belle rencontre avec cet auteur que j’aimerai recroiser très bientôt, notamment avec Charlotte, qui a l’air d’être un de ses meilleurs ouvrages !

Bonne lecture !

Le Joli

 

16 réflexions au sujet de “Un petit détour par le joli mystère Henri Pick”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s