Cinéma

Incontournable Rocky Horror Pictures Show

A l’heure actuelle, je ne suis pas sûre que le Rocky Horror Pictures Show soit encore considéré comme un simple long métrage. Pour ma part, relevant beaucoup plus du « culte », il s’est présenté à ma liste de films incontournables en deux étapes : d’abord le temps de le digérer et le temps de comprendre la légende.

Cette première phase n’a pas duré longtemps mais je dois avouer que lors de mon premier visionnage, je m’étais confrontée à un objet étrange, terriblement kitsch, qui portait avec lui une réputation tellement importante que je n’ai pas pu me retrouver dans l’ampleur des qualités qu’on lui prêtait. C’était alors un peu déçue de me dire que je ne faisais pas partie de l’inquantifiable bande de (fous furieux) fans du Rocky Horror, que j’avais réfléchi le film. Puis, le temps était venu de découvrir le mythe qui se cache derrière. Un second visionnage sur grand écran et c’était terminé, quelques secondes du générique m’ont suffi pour m’embarquer. Un aller, sans retour possible.

Alors attention, aucune réelle attente n’est à prévoir pour ce film, si tu attends, tu seras déçu(e). La seule chose à faire, c’est se laisser aller, et justement c’est tout le propos ! Un groupe de jolis dingues va débrider un couple de culs serrés, merveilleusement campé RockyHorrorPictureShow-d02fddbe-9422-4355-9dab-89932360eba9par Susan Sarandon et Barry Bostwick. L’ambiance du film prime davantage sur la cohérence du scénario. On retiendra essentiellement que le maître d’un château va créer un homme (très lointaine référence à Frankenstein) beau et musclé pour son propre plaisir charnel. Le travestissement est, à défaut d’être simplement autorisé, vivement conseillé. La vie est une fête, un spectacle, une liberté à prendre. L’ivresse du délire sexuel s’empare de chaque personnage. Bourrés de vice, maquillés à l’excès, on bascule à l’infini entre la comédie, l’horreur et la SF. Les shows musicaux s’enchaînent, chaque comédien a une voix fabuleuse, les costumes sont singulièrement inouïs. On révèle alors tout l’aspect théâtral du film, lui-même adapté de la pièce du même nom, montée sur scène deux ans avant la sortie au cinéma.

Malgré toute cette atmosphère clinquante, il est inutile de nier une mise en scène et un montage un peu vieillis, patinés par le temps, certains décors tirent un peu vers le carton-pâte mais là encore, un charme irrésistible en ressort. Ce film atypique dont on voit les ficelles (des collants déchirés et du maquillage coulant) gagne d’autant plus en authenticité. D’une époque libérée, à la vie comme au cinéma, on voit un film « couillu » qui prend des risques autant sur le fond que sur la forme, qui revendique son côté trans et assume son côté kitsch à outrance.

Que serait le film sans l’incontournable Tim Curry ? Rien, évidemment ! Personnage emblématique de Frank n Furter, ce rôle lancera la carrière de l’acteur, dont les imagecapacités à porter le bustier et marcher en talons vous laissent pantois. Habité et délirant, impossible d’oublier ce visage surmaquillé, qui symbolise le film à lui seul et est devenu une véritable icône du mouvement LGBT. Un jeu croustillant entre mimiques excessives, sous-entendus grivois et démonstration de voix, Tim Curry performe et vous donne une envie violente de faire partie de la troupe. L’aspect musical et entraînant ne m’avaient pas autant marqué la première fois mais il est impensable, une fois le Rocky Horror ancré en vous, d’oublier le « Time Warp » ou le « Sweet Transvestite ». La bande-son participe foncièrement à créer son identité forte et termine de le placer au rang de film culte.

Alors si vous ressentez l’envie de vous lever pour danser, si vous rêvez du film la nuit et que vous pensez déjà à le voir encore et encore, je vous confirme que vous êtes bien montés à bord du Rocky Horror Pictures Show !

La Moustache

Rocky Horror Pictures Show – Jim Sharman – 1975 the_rocky_horror_picture_show_2

Publicités

18 réflexions au sujet de “Incontournable Rocky Horror Pictures Show”

            1. Aucun problème 😉 le principal est de t’avoir remis le Rocky Horror dans la tête (d’ailleurs je pense que tu vas devoir le revoir très très bientôt, c’est obligé maintenant 🙂 )

              Aimé par 1 personne

  1. Une chronique sur le Rocky ! Décidément, mes choux moustachus, je vous adore !
    Je suis totalement d’accord avec ce que tu dis des deux phases nécessaires pour apprécier ce film, mais je n’ai pas vécu la première comme toi. Tout simplement parce que je l’ai vu la première fois en ne sachant RIEN du film (ni de la comédie musicale, ni des séances animées, ni même que c’était un film culte). Et du coup, je suis sortie de là en pensant « mais punaise, c’est quoi ce truc ? » pas plus convaincue que ça.
    Et un jour, je suis tombée sur le DVD dans une boutique d’occasion, j’ai eu envie de retester, je ne sais pas, et pan ! Coup de foudre ! Tim Curry est entré dans ma vie et moi dans une période où je ne passais quasiment pas un jour sans regarder le film (ou écouter la BO si je n’avais pas trop de temps) jusqu’à finalement intégrer une troupe à Paris (et à apprendre en une semaine à évoluer sur des talons hauts).
    Tu ravives tellement de souvenirs, c’est dingue ! « Un jeu croustillant entre mimiques excessives, sous-entendus grivois et démonstration de voix » : c’est tellement ça, j’ai scruté des centaines de fois les expressions de Tim Curry sans jamais m’en lasser.
    Désolée, je suis un peu surexcitée, mais ce film… ce film quoi ! Ça me rappelle une période tellement dingue de ma vie ! Merci !

    Aimé par 2 personnes

    1. Petite oursebibliophile, si tu remontes sur Paris un jour, je pense qu’on va devoir se faire une des séances du Galande ensemble!! Je me retrouve absolument dans ce que tu dis aussi, je l’ai toujours dans la tête et je n’arrête pas de penser à Tim Curry (je commençais à me demander si je devenais dingue, ça me rassure de me dire que je suis « normale »). Par curiosité, quelle troupe avais tu rejoint du coup?

      Aimé par 2 personnes

      1. Les Sweet Tranvestite. Mais ils ne jouent plus au Galande, ils font encore plus ou moins des shows, je crois, mais l’un des fondateurs du cast a arrêté et apparemment, il y a eu pas mal de changements et de départs à une époque (dont le mien). Et pour des raisons personnelles, je ne pourrai absolument pas retourner les voir. Mais pour moi, c’était vraiment la meilleure troupe.
        Quand je suis montée sur Paris pour un stage en 2014, j’avais juste tellement hâte d’aller voir une séance. Et j’ai commencé par l’autre troupe qui jouait le vendredi (les Sweet jouaient le samedi) et j’ai été tellement déçue. C’était mal calé sur le film, ils faisaient n’importe quoi, pas du tout les bons mouvements, leurs costumes étaient mauvais et surtout… c’était tellement vulgaire. Le film n’est pas hyper classe, certes, et les Sweet l’étaient aussi parfois, mais là. C’était vraiment trop vulgaire pour moi. J’en suis ressortie vraiment déçue et déboussolée parce que j’avais tellement hâte de voir ça en venant.
        Mais j’ai quand offert une chance à la troupe du samedi, et là. WAH. Coup de foudre. Les costumes étaient tellement chouettes, ils connaissaient vraiment le film par coeur, l’ambiance était ouf. Et comme ils cherchaient des gens, à la fin du spectacle, je suis allée voir le boss et… une autre moi a pris le dessus et c’était parti.
        Du coup, je ne sais pas qui joue en ce moment au Galande, ni ce que valent les troupes, ni même si certains jouent encore au Galande d’ailleurs, mais je peux te dire qu’il faudrait qu’ils soient d’un bon niveau pour me convaincre ! ^^ Avec les Sweet, l’exigeance était vraiment là, on répétait (perso, je répétais chaque jour ou presque), on collait vraiment au film, il y avait beaucoup de plaisir, une tonne, mais aussi du travail.

        Désolée, je te raconte ma vie (je redeviens chiante comme à l’époque, j’en parlais tout le temps à tout le monde ^^), mais c’est tellement de bons souvenirs !

        Et en tout cas, oui, tu es normale. Enfin, je ne sais pas si c’est très normale, mais tu n’es pas seule à avoir connu ça. ^^
        Et je te recommande vraiment d’aller à une animation un jour. C’est vraiment un truc unique ! Enfin, remarque, c’est peut-être déjà fait ? 😀

        Aimé par 1 personne

    1. Oh les séances du Studio Galande à Paris (tous les vendredis et samedis à 22h) sont réputées pour être très très animées aussi :)! Je pense y aller très bientôt d’ailleurs!

      Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s