Littérature

Autobiographie d’une courgette

Icare, dit Courgette, a 9 ans, et vit avec sa maman.

Sa maman, elle n’est plus vraiment comme avant. Avant son accident qui lui a laissé une jambe tout droite, qui l’empêche de monter les escaliers du grenier. Avant que son papa ne parte un jour faire le tour du monde avec une poule sous le bras.

Courgette trouve ça bizarre de faire le tour du monde avec une poule. Mais bon, c’est sa maman qui le dit, et sa maman, il essaie de ne pas trop la contredire. Parce que sinon il est obligé de monter au grenier, pour éviter de recevoir la raclée du siècle.

Courgette aime beaucoup sa maman, même s’il aimerait qu’elle s’occupe plus de lui au lieu de boire des bières devant la télé.

Sa maman, elle est tout le temps triste et en colère, et elle dit que tout ça de toute façon, c’est la faute du ciel, qui est « grand pour nous rappeler qu’on n’est pas grand chose dessous ».

Un jour, Courgette trouve par hasard un revolver dans les affaires de sa maman. Et pour lui faire plaisir, il décide d’aller dans le jardin, et de tuer le ciel. Comme ça, peut-être qu’elle serait plus heureuse.
Ce jour-là, Courgette ne tue pas le ciel, mais il tue accidentellement sa maman.

Dès lors, il est pris en charge par Raymond, un gendarme, qui le conduira au foyer des Fontaines, où le petit garçon fera les rencontres les plus déterminantes de sa vie…

unnamed (1)Avant que l’amie l’ourse bibliophile ne me fasse découvrir ce très beau livre, j’avais entendu parler de cette histoire à travers son adaptation, Ma vie de courgette, au cinéma.
Il y a quelques jours, j’ai donc fait la rencontre de Courgette, et je l’ai observé prendre ses marques dans sa nouvelle vie, celle d’après l’assassinat un peu raté du ciel. Et quelle rencontre !

 Vous vous dites peut-être que vu le résumé fait au début de cette chronique, l’histoire ne doit pas être bien gaie. Détrompez-vous !

Si le contexte de départ n’est pas effectivement synonyme de grosse marrade, le livre de Gilles Paris est un condensé de douceur, de poésie, de drôlerie et d’espoir.

Le narrateur n’est autre que Courgette lui-même (oui, il n’aime pas vraiment qu’on l’appelle Icare) et toute l’histoire va se dérouler de son point de vue, avec toutes les questions existentielles qu’un enfant de son âge peut avoir…!
Après l’accident, Courgette est donc emmené au foyer, pas très loin de chez lui. Là, il va faire la connaissance d’autres enfants qui comme lui sont passés par des moments pas top-top avec leurs parents. Il y a Simon, Ahmed, Béatrice, Alice, Jujube… et puis il y a Camille.

Toute la force du récit réside, selon moi, dans le fait qu’en perdant ses parents et sa maison, Courgette va finalement retrouver un équilibre et son statut d’enfant. Le terme « foyer » prend ici tout son sens puisqu’en accueillant le petit garçon, Les Fontaines sera finalement le théâtre de son épanouissement, de l’apaisement de ses craintes et de son ouverture sur le monde. Entouré de sa petite bande, il fera des bêtises, des blagues et apprendra beaucoup sur les autres et sur lui-même.

Il y a dans ce livre tout ce qu’il faut pour réchauffer les cœurs, pour rire et pour mouiller un peu les yeux aussi. Il y a chez ses enfants autant de fragilités que de forces qui ne peuvent que vous rendre admiratifs et les rendre attachants.
Il est à la fois triste et émouvant de voir que tous ces mini-humains ont été très abîmés par les adultes sur qui ils auraient dû le plus compter… et qu’ils sont petit à petit raccommodés, rafistolés avec tout l’amour et la volonté d’autres adultes pour qui ils comptent beaucoup plus.

Si vous voulez lire l’amour et l’amitié, lisez l’histoire de Courgette 🙂

Le Joli

Publicités

9 réflexions au sujet de “Autobiographie d’une courgette”

  1. Voilà, tu as tout dit. Tu soulignes très bien la façon dont Courgette (et les autres) est rafistolé et peut enfin renouer avec « son statut d’enfant », j’aime beaucoup ça, c’est très juste.
    Sinon, on est d’accord : ce livre est génial.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton passage ici Julie ! Je suis certaine que ce livre te plairait beaucoup, je te souhaite de le découvrir ! Moi il faut que je m’atèle au visionnage du film !

      J'aime

    1. Je suis contente de pouvoir te donner envie de découvrir cette histoire ! Je n’ai pas encore vu le film mais ce livre est vraiment une petite pépite, j’ai rarement été transportée par autant d’émotion en lisant. J’ai l’habitude de garder une certaine distance même quand je suis à fond dans un bouquin, mais là impossible !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s