Cinéma, Séries

Les visionnages d’automne

L’automne sonne souvent pour moi l’ouverture des visionnages-canap’-plaid-thé-etpuisbeaucoupdechocolat, et évidemment je n’ai pas l’intention de déroger à cette règle cette année !

Que ce soit grâce aux conseils avisés de l’ourse bibliophile, ou bien juste au gré de mes vagabondages sur Netflix ou au cinéma, j’ai fait des découvertes plutôt sympas, et j’avais bien envie de les partager ici, un peu comme un goûter où l’on pourrait piocher des petites friandises par-ci par-là 🙂

  • Haute couture (The Dressmaker) – Jocelyn Moorhouse, 2016 (DVD)

the-dressmaker-10.nocrop.w840.h1330.2x.jpgUn film que j’avais envie de voir depuis pas mal de temps, et ça valait vraiment le coup d’attendre !

Haute couture, c’est l’histoire de Myrtle Dunnage, dite Tilly, qui revient dans sa ville natale de Dungatar, après vingt ans d’absence. Son arrivée fait l’effet d’un cataclysme dans cette bourgade de l’Australie profonde qui l’avait chassée alors qu’elle n’était encore qu’une enfant. A l’époque, Tilly était une petite gamine craintive et martyrisée par tous car fille sans père d’une mère à moitié folle. Après des années à parcourir le monde, elle revient plus forte que jamais et surtout… prête à en découdre…!

Je n’en dirai pas plus sur cette histoire qui n’a fait que me surprendre d’un bout à l’autre ! On part d’un pitch plutôt banal pour finalement aller de rebondissement en rebondissement. Le scénario est bien ficelé et surtout, les personnages principaux sont tous génialement dépeints ! Evidemment, Kate Winslet est grandiose en Tilly, drapée dans ses vêtements haute-couture et prête à assouvir une vengeance qu’elle attend depuis tant d’années. Liam Hemsworth est attachant dans le rôle de Teddy, l’amoureux transi, juste ce qu’il faut pour que ce soit attendrissant et pas barbant 🙂

Mais s’il  faut surtout voir ce film, c’est pour deux personnages : Molly, la mère de Tilly, et le Sergent Farrat. Judy Davis est absolument fantastique dans le rôle de cette mère un peu amnésique, un peu alcoolique, assez dingo, et surtout complètement imprévisible. Et Hugo Weaving prouve encore une fois qu’il est plus que crédible quel que soit le rôle qu’on lui donne l’occasion d’interpréter !

  • Into the forest – Patricia Rozema, 2017 (VOD)

a8c2780b400154d4.jpgJ’avais beaucoup aimé le livre de Jean Hegland (et dont La Moustache vous parlait ici) et c’est donc avec beaucoup d’attentes que je me suis lancée dans son adaptation Into the forest.

Pas de suspense inutile, j’ai vraiment bien accroché et je pense que cette adaptation est assez magistralement réussie ! Bien sûr, il manque des passages mais finalement ce n’est pas du tout gênant tant l’interprétation d’Ellen Page (Nell) et Evan Rachel Wood (Eva) est juste.

J’ai retrouvé les décors et l’atmosphère que j’avais imaginés tout au long de ma lecture, et j’ai pris plaisir à découvrir les deux sœurs en chair et en os. J’ai vraiment eu le sentiment d’être face à un travail marqué par le respect de l’oeuvre de Jean Hegland et je pense vraiment que c’est important de le souligner tant on peut souvent être déçus!

  • Les chroniques de Spiderwick – Mark Waters (2008)

Les_Chroniques_de_Spiderwick.jpg

Vous aussi ça vous arrive d’errer dans les limbes de Netflix à la recherche d’un truc sympa à regarder ? Vous savez ce moment où vous vous dites que ça va être rapide à trouver, parce que « ce soir, pas de prise de tête ! », et puis finalement au bout de 42 min de « Oh non pas ça », « Mouais », ou « Ça je me le garde pour dimanche ! », vous finissez à bout de nerf, prêt(e) à lancer n’importe quoi pour en finir. Ce jour d’octobre aurait pu être un de ceux là, mais je suis tombée par hasard sur Les chroniques de Spiderwick !

Prenez une mère fraîchement divorcée qui emménage avec ses trois enfants dans l’ancienne maison de son grand-oncle, au beau milieu d’une forêt. Trois enfants qui ne s’entendent pas toujours, forcément. Parmi eux, un plus curieux que les autres, évidemment, qui va découvrir un vieux grimoire au grenier (bah tiens !), avec une inscription du type « NE SURTOUT PAS OUVRIR ». Et devinez qui va quand même vouloir lire le bouquin et déclencher tout un tas de phénomènes étranges ?

Bon dis comme ça, on a peut-être pas l’impression que j’ai aimé, maaaais, détrompez-vous ! Vous l’aurez compris, la recette est la même que dans pas mal d’intrigue de ce type, la vieille maison, les enfants curieux, la forêt qui regorge de petites créatures étranges, et puis bien entendu un vieux livre plein de secrets ! Mais ça a beau être vu et revu, ça prend toujours aussi bien, et c’est avec ravissement que moi et mes petits yeux d’enfants plongeons dans ces mondes enchantés 🙂

Un peu comme avec La prophétie de l’horloge dernièrement ! Du coup, si vous voulez retrouver votre âme d’enfant, vous savez ce que je vous conseille !

  • The Haunting of Hill House – Mike Flanagan (2018)

Bon ben voilà, je n’ai pas pu y échapper ! Il faut dire aussi qu’on m’en avait plutôt parlé de la meilleure des manières, ni trop, ni pas assez, juste assez pour éveiller ma curiosité… et je n’ai pas du tout été déçue du voyage !

HOHH_110_Unit_01516R%20(1).jpgBien que pas du tout fan des films et séries qui jouent dans le domaine de l’horreur, j’ai tout de suite été happée par l’atmosphère de The Haunting of Hill House. Pourquoi ? Parce que ce qu’on pourrait prendre pour une énième histoire de maison hantée est finalement beaucoup plus complexe que ça. Cette trame se révèle finalement totalement secondaire, derrière l’histoire d’une famille rongée par la tristesse, les remords, les regrets et les failles que n’importe quel humain peut avoir.

Chaque personnage est disséqué, décortiqué, exposé en pleine lumière. Les masques tombent petit à petit, grâce à une alternance maîtrisée de flash-back et d’événements récents. Les premiers aidant souvent à mieux comprendre les seconds.

J’ai apprécié cette manière de mettre en avant la psychologie de chaque personnage plutôt que de juste faire entrer le spectateur dans la « simple » névrose de la « porte qui claque » et du « parquet qui grince ». Tout est subtil, bien montré, et surtout, fait réfléchir et amène à une introspection sur nos propres démons.

Juste un petit regret, celui de ne pas en savoir plus sur certains éléments de l’intrigue, mais bon, c’est ça le problème quand on aime, on attend parfois beaucoup trop :).

Mention spéciale en tout cas pour les personnages de Nell, Luke et Theo, avec une tendresse particulière pour leurs jeunes interprètes, en particulier McKenna Grace, que j’avais déjà adoré dans Mary et qui confirme une fois de plus son charisme et son énorme talent !

  • Venom – Ruben Fleischer (2018)

Venom.jpgOn termine par ma dernière séance ciné en date, avec Venom ! Découverte totale pour moi de ce héro/vilain de Marvel (notez mon absence totale de vocabulaire approprié), et plutôt bonne surprise dans l’ensemble, même si on ressent quand même les coupes évoquées par Tom Hardy dans une interview lors de la promo.

C’est dommage parce qu’un montage un poil différent aurait sans doute apporté plus de consistance au récit. Cela aurait peut-être aussi permis d’avoir un peu moins de longueur dans la mise en place de l’histoire tout en ajoutant de la matière et des explications sur Venom lui-même.

Quelques regrets pour finir donc, même si c’était malgré tout un bon moment !

Alors ce goûter, il vous plaît ? 🙂

Le Joli

24 réflexions au sujet de “Les visionnages d’automne”

      1. J’étais tombée dessus par hasard et je n’étais absolument pas convaincue que ça allait me plaire. Mais finalement, j’ai été totalement emportée et je l’ai déjà revu une ou deux fois 🙂 C’est d’ailleurs une bonne période pour le voir je trouve : avec un bon cacao chaud et un plaid !

        Aimé par 1 personne

    1. Héhéhé contente de voir qu’on se retrouver sur certains visionnages 🙂 ! Pour Into the Forest avais-tu lu le livre ? En tout cas je te conseille vraiment les deux supports, si l’envie de te prend de (re)tenter le coup 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. The Dressmaker et Venom sont sur ma liste de trucs à voir (qui ne diminue pas, parce que pas le temps ou pas l’envie, voire les deux en même temps, soyons fous), mais j’avoue avoir l’enthousiasme un peu pété en deux depuis que je sais qu’on nous a sorti une version clean et bien proprette de la gélatine noire… Avec Tom Hardy en rôle principal, je m’attendais à du brutal, à du sale et à du sombre. Visiblement, non. C’est à se demander si Marvel/Disney va arrêter de phagocyter tout ce qu’elle peut sous prétexte de faire du tout public tout moisi (gageons que non, évidemment).

    Concernant The Haunting of Hill House, j’ai tout vu en moins de deux jours, je crois. Une bonne surprise, mais la faute à Netflix, probablement ingurgitée trop rapidement. Et en plus, je faisais des trucs à côté en même temps donc j’ai certainement raté plein de choses (c’est mal, je sais). Je reste déçue par le final… Peut être parce que j’aime bien (trop ?) les gros drames, mais j’envisageais pas que ça finisse avec du happy end pour tout un chacun (et surtout pour ceux qui restent « bloqués » dans la maison, hein)(non parce qu’aux dernières nouvelles, les âmes piégées dedans ont pas l’air de se faire des brunchs amicaux chaque fin de semaine). Le scénario de base en mode Gandalf qui entre ici et abandonne tout espoir, ça collait tout de même vachement mieux à tout ce qu’on déroule sur dix épisodes avant, quoi.

    Aimé par 1 personne

    1. Miiiiille ans plus tard, je te réponds enfin (désolée pour le retard^^) ! Finalement, depuis le temps, as-tu vu Venom et The Dressmaker ? En tout cas pour y avoir repensé après coup, j’ai été beaucoup trop sympa avec Venom, ce film est une arnaque totale, je comprends tellement la colère de Tom Hardy ^^.

      J’ai aussi été déçue par le final de The Haunting of Hill House, et je suis totalement d’accord avec ton analyse. Surtout que la pression monte et monte tout au long des épisodes donc on s’attend vraiment à un truc de dingo à la fin. Mais bon ça reste une bonne série quand même, ne serait-ce que pour la psychologie des personnages je trouve.
      Entre temps j’ai regardé « La colline aux lapins », l’adaptation par Netflix de Watership Down, et même si je n’ai pas encore lu le bouquin (qui doit être mille fois meilleur) j’ai trouvé ça chouettos à regarder !

      Aimé par 1 personne

      1. Non, toujours pas vu mais bon, vu que je suis tellement à la bourre sur tout (coucou le bilan/critique/démontage en règle d’Altered Carbon qui attend qu’on le termine depuis février dernier…), j’ai arrêté d’essayer de rattraper quoi que ce soit.
        La mode des sorties à la chaîne, tant au cinéma qu’en matière de séries, a eu raison de mon enthousiasme et de mon âme de bon public devant l’éternel l’année dernière (et quand je vois la nullité abyssale d’Avengers : Infinity War – mieux vaut tard que jamais -, je me dis que boooon voilàààà tant piiis quooiiii).

        On va essayer d’y croire à nouveau pour 2019 hein.
        Force et Honneur, comme dirait l’autre.

        Aimé par 1 personne

        1. Rhaaaa ce serait tellement cool que tu le termine cet article d’Altered Carbon pourtant! J’avais totalement oublié cette série mais rien qu’à l’idée de lire une possible critique de ta part je suis méga jouasse !
          Pour le moment moi je rattrape un peu tous les films que j’aurai aimé voir mais que je n’ai pas pu regardé tout de suite, et Netflix m’aide pas mal j’avoue. Du coup entre deux épisodes de Friends (encore et encore et encore) j’ai enfin vu le biopic sur Mandela avec Idriss Elba et franchement je dis OUI.
          J’avoue avoir regardé « Avant toi » sur France 4 dimanche soir, et encore une fois plutôt bonne surprise. Pour un truc que je pensais niais à souhait, c’était vraiment sympa !

          Aimé par 1 personne

          1. Avant toi, c’est l’histoire d’amour ambiance Jane Eyre et Rochester dans un fauteuil roulant avec Emilia Clarke qui bouge aucun sourcil ? … Ou je confonds ?
            Je ne suis pas très comédie romantique (ni drame d’ailleurs) quand ladite romance occupe le premier plan. Bon oké, je compte pas « Coup de foudre à Notting Hill » ni « Pretty Woman » mais ça compte pas, y’a Julia Roberts dedans.

            Aimé par 1 personne

            1. Ahahahah oui c’est ce film (mais par contre moi j’ai trouvé que les sourcils d’Emila Clarke bougeaient énormément^^).
              Je ne suis pas très comédie romantique non plus, hormis celles que tu cites (+ 4 mariages et un enterrement) mais franchement celui-là ne verse pas trop dans le pato je trouve. C’est pas le film du siècle mais j’ai bien aimé !

              Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s