Littérature

Les Amis d’Aja.

Grâce au Picabo River Book Club, j’ai eu le plaisir de recevoir un ouvrage assez singulier, qui a cette particularité de vous embarquer sans vous noyer, de vous prendre la main tout en vous laissant libre. Cet ouvrage, c’est Les Amis, paru aux éditions Rivages, premier roman de la douce Aja Gabel, musicienne de formation.

Alors au départ, rien de bien complexe, on suit l’évolution du parcours commun de quatre amis, quatre membres d’un quatuor musical, tout au long de leur vie. Quatre étapes, de leurs débuts à l’heure du bilan. Les premières pages (quatre, toujours) sont d’ailleurs là pour nous les présenter : Jana, Henry, Daniel, Brit. Enchantée!

Structurellement parlant, au fil du roman, on passe tour à tour du point de vue de l’un et de l’autre, un chapitrage émotionnellement individualisé qui nous donne la perception de chacun. Les petits plus et les petits moins se dessinent, on comprend leur histoire, leur famille, leurs peurs et leurs envies. Ce que chacun cache ou non. En revanche, si vous pensiez que nous reviendrions sur les mêmes épisodes afin de les expliquer différemment selon les personnages, n’y comptez pas, ce n’est pas le genre de la maison. Aja Gabel prend soin de donner les éléments nécessaires, ni trop, ni trop peu, ils se suffiront à eux-même et ce, sans fausse note.

Le comble de ce roman c’est bien cela, une mesure parfaite. Le rapport à la musique est omniscient, non seulement dans la vie du quatuor, dans la description précise des instants de concert, le vocabulaire musical est pointu, mais aussi dans les émotions des personnages. Ce sera d’ailleurs exprimé noir sur blanc « Il s’agit de passer d’une polyphonie à une harmonie. Les gens sont exactement comme la musique. Ils n’en sont pas assez conscients. ». Toujours en adéquation avec les morceaux joués, et surtout (surtout!) dans la façon d’écrire de l’autrice. C’est une musicienne, on le sent et on le sait.

C’est à la fois le point fort et le point faible des Amis, je pense qu’on pourrait s’en emparer à 100% si on avait des connaissances musicales classiques ou quelques notions de musique de chambre. Et à la fois, sans en saisir les entières subtilités, Jana, Henry, Daniel et Brit nous guident et leurs histoires personnelles nous apprennent à décoder.

Le but est là : décoder et se décoder. Décoder la vie, décoder les autres. Bien plus difficile que décoder une partition de Chostakovitch ou Beethoven finalement. Ces musiciens là, liés par leur profonde passion vont devoir vivre les uns avec les autres, tout en vivant par et pour eux-même. Se construire une vie personnelle, faire face à des choix de vie, céder à la facilité, montrer ses sentiments.

imagesCe que j’ai adoré ici, c’est justement d’être un peu à l’écart de cet univers, tout en y étant intimement proche. Vous vous reconnaîtrez forcément dans une sensation complexée de Daniel, la tendresse presque naïve de Brit, l’ambition déterminée de Jana ou encore le calme optimisme de Henry. Tout cela mélangé à des instants de vie qui seront similaires aux communs des mortels. Les manifestations, les attentats, les grosses chaleurs, tout cela va ponctuer leur histoire, amener des anecdotes, des drames et des joies, des naissances et des morts qui font filer le temps et renforcent les liens. Les renforcer mais aussi les modifier, vers une version plus complète, une palette plus large de souvenirs communs irrémédiablement amicaux. On se rend bien compte que l’expérience du quatuor est similaire à une famille amoureuse et professionnelle. A travers ça, on va les trouver un peu rudes, Aja Gabel n’enjolive pas, son écriture est authentique, mais justement les amis c’est comme ça, la vie c’est comme ça. Alors on s’y attache, c’est dur mais c’est touchant et cet équilibre littéraire vous rend alors maître de votre lecture tout en vous prenant un peu par les tripes.

Les Amis c’est la description d’une toile tendue qui défile, une frise chronologique humaine partagée à quatre avec l’évolution des relations, les mauvais timing amoureux, les envies allant dans un sens et dans l’autre, les loupés, les déceptions, les coups dans la gueule au sens propre et figuré. Pour nous rappeler que la musique est prioritaire, le livre nous offre des changements de rythme intenses, parfois des longueurs, des descriptions qui amène lentement l’action et parfois une action s’étale sur trois pages mais passe à une vitesse folle tant nous sommes en haleine, tant la situation ou les émotions nous sont familières. Les Amis c’est ces moments de vie qu’on laisse filer parce qu’ils nous ont échappés, qu’on voudrait revivre, qui sont gravés à jamais, des phrases cinglantes, des moments forts, des moments tendres dont on ne saisit pas bien pourquoi, comme lorsqu’on pleure pour un geste ou un mot.

Les Amis c’est tout ça, et rien que pour ça, il faut absolument que vous les rencontriez!

La Moustache52905741_568746586935503_3027222568038825984_n.png

Publicités

2 réflexions au sujet de “Les Amis d’Aja.”

  1. J’aime beaucoup tomber sur ce genre d’article qui présente un livre dont je n’avais jamais jamais entendu parler ! J’aimerais dire que je suivrai ton conseil et que je le lirai à coup sûr, mais il y en a tellement… Peut-être un jour me tombera-t-il sous la main malgré tout !

    Aimé par 1 personne

    1. Huhuhu ravie de pouvoir te souffler ce titre alors ! Si l’occasion se présente alors profite…mais je ne peux pas nier que pouvoir tout lire devient de plus en plus compliqué 🙂

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s