BD, Littérature

Instants BD #3

Devinez qui est de retour, non pas pour vous jouer un mauvais tour (#Team Rocket) mais bien pour vous parler à nouveau de BD ?
Je redécouvre en ce moment le plaisir de fureter dans une bibliothèque, moi qui m’attache depuis quelques temps à ne lire que ce que j’achète. Je dois avouer que j’avais oublié la joie que pouvait procurer le fait de piocher aux hasards des étagères sans avoir à se dire qu’il faut faire un choix.

Et au gré de mes récents vagabondages, voici ce que j’ai pu découvrir… 🙂

hkgjkUne BD que j’ai énormément vu passer, notamment sur bon nombre de blogs : L’obsolescence programmée de nos sentiments de Zidrou et Aimée de Jongh, éditée chez Dargaud.
Cette BD c’est l’histoire d’une rencontre sur le tard entre deux solitaires, Méditerranée et Ulysse.
Elle, jeune fromagère de presque 62 ans, vient de perdre sa mère. Lui, 59 ans, veuf depuis des années et déménageur tout récemment retraité (ou plutôt, « dégraissé »).
Tous deux se retrouvent à un moment clé de leurs vies, face à leur solitude et surtout leur âge. Le temps a passé, la vie a filé, ils n’ont rien vu venir, et aujourd’hui ils subissent une vie et un corps qu’ils n’arrivent à appréhender qu’en se voilant un peu la face.
Aimée de Jongh et Zidrou nous offrent le privilège d’assister à cette jolie rencontre, à cette belle seconde vie. Le livre est beau, le dessin doux et agréable et on suit avec plaisir Méditerranée et Ulysse dans l’histoire d’amour de leur (fin de) vie.
Bien que beaucoup plus jeune que les deux protagonistes, j’ai aimé la manière dont cette histoire interrogeait l’idée que, quand on vieillit, la vie s’arrête. J’ai aimé voir cette homme et cette femme, en âge d’être mes parents, avoir le cheminement intérieur nécessaire à la libération de leurs peurs et leurs tristesses pour les conduire à un bonheur qu’ils méritent encore, même si la société voudrait leur dire qu’ils sont quand même plus proche de la fin que du début.
Une jolie histoire qui ne révolutionne rien certes, mais qui est surtout une ode au bonheur sans limite de temps, et ça fait du bien !

***

Voilà une sacré tribu que celle de Chadia !
Dans Famille nombreuse, paru aux éditions Marabout, Chadia Chaibi Loueslati raconte jklkjson enfance au sein de sa famille, avec ses parents et ses 10 frères et sœurs. A travers les yeux de l’enfant qu’elle était à l’époque, elle raconte l’arrivée, depuis la Tunisie, de son père (le Daron) puis de sa mère (Omi) et ses aînés, dans les années 60 en région Parisienne.

La petite Chadia raconte la vie quotidienne, la queue interminable pour accéder à la salle de bain le matin, le shampoing aux œufs, la chleka, les rentrées, ses aspirations de petite fille qui grandit au sein d’une famille nombreuse et à qui son père, balayeur dans les couloirs du métro et illettré, a demandé d’apprendre à bien tenir un crayon pour ne pas avoir à tenir un balais.

Elle décrit avec humour les décalages culturels cocasses entre elle et ses camarades de classe, les traits de caractère de chacun des membres de sa famille, les grossesses « surprises » de sa mère presque chaque printemps, l’eau de javel utilisée à toute les sauces…

Une lecture sympa qui fait sourire et des personnages à qui on s’attache volontiers. Bref, un bon moment !

***

Terminons cette petite sélection avec un mini-ovni : La croisade des innocents, de Chloé Cruchaudet, paru aux éditions Soleil. hk
Pour être tout à fait honnête, j’ai eu un peu de mal, dans les premiers temps, à apprivoiser cette curieuse histoire.
L’histoire du jeune Colas qui, suite à un accident, s’enfuit de chez ses parents par peur de la violence de son père.
Nous sommes au XIIIe siècle, Colas a 12 ans et il est seul. Il trouve « refuge » dans une brasserie où il sera, avec d’autres enfants, exploité chaque jour.
C’est là qu’il se liera d’amitié avec Camille, l’un des orphelins. C’est avec lui qu’il décidera, un soir, après avoir eu une vision du Christ, de convaincre les autres enfants de partir avec lui en croisade pour Jérusalem. Une croisade sans adultes et sans autre arme que la pureté de leurs cœurs.

Ils partent donc, petite bande d’enfants maigres et sales, en quête d’une vie meilleure, convaincus que rien ne pourra leur arriver. Ils font des haltes de villes en villes, scandant l’histoire fabuleuse de Colas, celui à qui Jésus est apparu, sorte de petit spectacle des rues qui leur permet de faire l’aumône. Leur histoire les  précède, ils sont bientôt rejoints pas de plus en plus d’enfants.

Je disais plus haut que j’avais eu du mal à entrer dans cette histoire. Pourtant je n’ai pas vu passer les pages, et j’ai été comme hypnotisée par l’univers à la fois sombre et lumineux créé par Chloé Cruchaudet.
Il se dégage de ces petits personnages une telle innocence que s’en est presque triste. Loin de toutes ces croisades sanguinaires et destructrices dont on connaît bien les conséquences dévastatrices, il y a cette poignée d’enfants sur les chemins.

Si le monde ne s’était limité qu’à une poignée d’enfants au lieu d’hommes en armures, où en serions-nous aujourd’hui ? Ou plutôt que serait-il advenu du monde si ces hommes étaient un peu restés les enfants qu’ils étaient au fond d’eux ? Les adultes détruisent-ils finalement tout sur leur passage, en commençant par l’innocence de leurs enfants ?

Autant de questions très FUN donc que le livre de Chloé Cruchaudet a éveillé en moi. Un propos qui peut paraître un peu dur en apparence, mais surtout qui ajoute à la qualité de cette belle BD, que vous vous empresserez de découvrir je l’espère.

Bonne lecture 🙂

Le Joli

16 réflexions au sujet de “Instants BD #3”

    1. Tu me diras si tu as l’occasion de les découvrir alors ! 🙂
      Ma seule petite réserve sera sur les dernières pages de « L’obsolescence (…) » qui me laisse un poil dubitative, mais bon comme je le dis ça reste une histoire qui fait du bien dans tous les cas 🙂

      Aimé par 1 personne

          1. Tiens, j’ai lu Famille nombreuse ! C’était sympa mais pas exceptionnel à mon goût. En fait, j’ai surtout eu l’impression que certaines anecdotes finissaient très brusquement, comme si ce n’était pas fini. Je ne sais pas, mais je m’attendais à encore plus de consistance. Et j’avoue que la différence de traitement entre les filles et les garçons m’a choquée ! ^^ Ça reste malgré tout une lecture très sympathique, drôle parfois, avec, comme tu l’a dis, des personnages attachants, et le sujet de l’intégration est intéressant.

            Aimé par 1 personne

            1. Tu as bien résumé la chose, j’ai trouvé la lecture de Famille nombreuse vraiment sympa aussi. Le ton est léger et drôle mais n’oublie pas d’aborder des sujets plus sérieux pour autant. Ce n’est pas ZE lecture, mais c’est chouette quand même 🙂

              Aimé par 1 personne

  1. Julie,
    Je suis ravie de remarquer avec cet article que tu continues à faire de très belles découvertes dans ce nouvel univers. Rien qu’à partir de sa couverture, je dois dire que La Croisade des innocents me fait bien envie… Affaire à suivre donc !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s